S'inscrire maintenant

Connexion

Mot de passe oublié

Mot de passe oublié? S'il vous plaît entrer votre nom d'utilisateur et votre adresse e-mail. Vous recevrez un lien pour créer un nouveau mot de passe par courriel.

Recommencer sa vie à 25 ans

Recommencer sa vie à 25 ans

Par Joannie Deraîche, Lambton, étudiante au Centre d’éducation des adultes de Lac-Mégantic

Je m’appelle Joannie Deraîche, je suis une jeune maman de 25 ans et j’étudie actuellement au Centre d’éducation des adultes de Lac-Mégantic.

Je suis déménagée à Lambton depuis juin alors, je suis toute nouvelle par ici. Tout d’abord, je dois vous avouer que j’adore le village où je me suis installée. J’étais à Saint-Georges avant et vu que je suis originaire de la Gaspésie, je savais que me rapprocher des lacs aiderait à mon moral. Tout le monde connaît la problématique du TDAH, mais peu de gens savent qu’il existe des TDAH avec hypoactivité au lieu de l’hyperactivité.

C’est de cela dont je souffre depuis très longtemps, dû à une encéphalite post-vaccinale que j’ai eue quand j’étais jeune. C’est-à-dire qu’après un vaccin, mon cerveau a enflé et endommagé la partie de la concentration dans mon cerveau. J’ai été chanceuse de m’en sortir, mais j’ai dû vivre avec ce problème toute ma vie. Au lieu d’être hyperactive comme la majorité des gens qui sont TDAH, moi je suis le contraire. Je pouvais dormir 24 heures en ligne et je n’avais jamais d’énergie, et mes motivations, malheureusement, étaient courtes, dues au manque d’énergie. Je me sentais toujours dans le « gaz » pendant toute la journée. J’ai eu longtemps de la difficulté à m’en sortir. Donc, je n’ai pas besoin de vous cacher que l’école pour moi a toujours été une catastrophe. Depuis peu, je suis enfin bien médicamenté et depuis mon déménagement ici, je suis une nouvelle personne. Je peux enfin dire que je goûte à la vie. Je suis très fière de moi, car jamais je n’aurais pensé que je pouvais m’en sortir. J’avais tant de talent, mais l’impossibilité de pouvoir l’utiliser me rendait malade. Je suis aussi contente d’avoir pu faire un retour aux études. J’ai des professeurs extraordinaires et je ne pensais pas un jour aimer l’école à ce point. Mon village a changé ma vie. J’ai pu profiter de l’été comme jamais. Cela m’a aidé à me sortir de ma dépression. Finalement, moi, c’est à 25 ans que je commence ma vie. Plusieurs diront que c’est tard, mais je suis fière de m’en être enfin sortie. Pour moi, c’est comme si j’avais gagné le gros lot, car j’ai touché à l’une des plus belles richesses de la vie : vivre pleinement et se dépasser.

Laisser un commentaire