S'inscrire maintenant

Connexion

Mot de passe oublié

Mot de passe oublié? S'il vous plaît entrer votre nom d'utilisateur et votre adresse e-mail. Vous recevrez un lien pour créer un nouveau mot de passe par courriel.

Imparfait…

Imparfait…

Par Jessy Grenier, DEP en administration, Woburn

Moi, c’est Jessy. Ou Jess. Ou Ti-pou pour les intimes. J’écris. Beaucoup. Est-ce que mes textes sont bons? Je crois bien. Est-ce qu’ils sont parfaits? Absolument pas! Pourtant, je ne compte plus le nombre d’heures que je passe à retoucher ne serait-ce qu’un seul paragraphe. Chaque mot doit être placé au bon endroit. Rien de plus. Rien de moins.

Il est temps de remettre les pendules à l’heure, chers lecteurs. (Vous voyez, la formule chers ne devrait pas être utilisée. Un dérivé de dear dans la langue de Molière, mais je l’utilise quand même.) Laissez-moi vous piquer une petite jasette. Laissez-moi vous parler de la perfection. Vouloir l’atteindre, c’est naturel comme manger du gâteau aux carottes, mais à mon avis, ça ne devrait peut-être pas l’être (exemple poche, je l’avoue…).

Que l’on parle de ces mannequins découpé(e)s à grands coups de Photoshop ou bien de ces desserts qui ont l’air si succulents en page couverture de magazines (et qui ne sont pas toujours de la nourriture, petite confidence, vous vous informerez sur le sujet), il y a beaucoup trop d’irritants, à mon sens, dans le monde de la publicité. Avouez? J’en ai marre de ces commerciaux de gens qui joggent ou courent aux petites heures du matin avec des montres high-tech et qui me font sentir… en mauvaise forme? Non, je ne cours pas à l’aurore, mais je ronfle au crépuscule par exemple… Est-ce que cela s’équivaut? (À quand la prochaine pub là-dessus?) Faire de l’exercice physique, c’est essentiel, mais nous avons tous une motivation et une manière de bouger différente. N’est-ce pas?

Je n’aurai également aucune envie de m’entraîner durant les prochains mois pour brûler ces soi-disant calories ingérées en trop durant le temps des fêtes. J’ai mangé en plus grande quantité durant ces 2 semaines, oui, c’est bien vrai. Et puis?

Parlons maintenant réseaux sociaux. J’en ai également marre de ces photos retouchées d’excursion mé-mo-ra-bles (comment cela se fait-il que vous n’ayez pas le petit bout du nez rouge en plein mois d’octobre?), de ces photos de voyage tellement e-xo-ti-ques avec du sable blanc comme neige (et puis votre diarrhée du voyageur des 3 premiers jours (quelqu’un l’a mentionnée? Un peu moins séduisant…), de ces sourires forcés et de ces effets spéciaux qui nous rendent trop heureux alors que nous avons tous amplement droit aux journées grises… Les réseaux sociaux, c’est une invention géniale. Oui, tout à fait. Mais, entre nous… combien de fois avons-nous regardé la page de l’un de nos amis et par la suite ressenti… Un malaise… Une petite crampe… (non, non, ce n’était pas un gaz…) Serions-nous surpris de savoir ce qui se cache derrière l’objectif? Probablement. Ces clichés, s’ils pouvaient parler, briseraient peut-être la magie…

Dans tous ces exemples, on souhaite atteindre la perfection. On souhaite plaire à tout plein de gens, même si nous ne les connaissons pas. Nous voulons bien paraître aux yeux de l’humanité entière. Nous voulons bien cuisiner pour recevoir parents et amis et peut-être même… Je ne sais pas… Bien chanter pour un jour enregistrer un single à Nashville? (Wô minute papillon, ai-je vraiment envie de tout ça?).

L’humain est imparfait. Contrairement à ces fruits et légumes difformes (mais tout aussi succulents) que l’on vend au marché, nous ne valons pas moins cher. Chaque être est différent et possède des caractéristiques qui lui sont bien propres. Et c’est tant mieux! Je le voyais, ce satané moule dans lequel la société voulait que je saute à pieds joints lorsque j’étais au secondaire. Et devinez quoi? Je le vois encore avec mes yeux d’adulte. Et devinez quoi? J’y renonce pour être moi, pour être authentique, pour être imparfait…

Laisser un commentaire