S'inscrire maintenant

Connexion

Mot de passe oublié

Mot de passe oublié? S'il vous plaît entrer votre nom d'utilisateur et votre adresse e-mail. Vous recevrez un lien pour créer un nouveau mot de passe par courriel.

Réflexion lors de la journée nationale de la vérité et de la réconciliation

Réflexion lors de la journée nationale de la vérité et de la réconciliation

Par Charlotte Laflamme, 4e secondaire, Lac-Mégantic, MFR du Granit

Je pense que les pensionnats Indiens n’auraient pas dû exister. Ça me rend très triste de voir que certaines personnes pouvaient violer des enfants. Leurs traumatismes ont eu des répercussions pendant tout le reste de leur vie. Des années  et des années de discrimination pour la couleur de la peau, les traditions différentes ou la langue. Même encore aujourd’hui ces préjugés existent. Nous sommes tous différents et je ne comprends pas pourquoi ce n’est pas tout le monde qui arrive à le voir. Je ne connais pas bien ce peuple, mais je peux dire qu’il ne méritait pas de se faire violer, enlever, maltraiter ou autre chose qui aurait pu se faire dans les pensionnats. C’est un bon début de demander des excuses et de faire une journée commémorative, mais j’ai la sensation que ce n’est pas assez. Pour que les autres nations ne se sentent pas exclues ou différentes de nous, il faudrait arrêter de les traiter différemment. J’aimerais pouvoir dire que je connais les traditions ou le mode de vie de ce peuple mais ce n’est pas vrai. Je connais un petit peu leur tradition, mais pas plus,pas assez… Je sais peu de chose sur eux.  Cela dit, j’admire leur courage qui les fait tenir debout malgré ce qu’ils ont vécu. Je trouve leur force magnifique.

 

Laisser un commentaire